Les Riches Heures de Jacominus Gainsborough : la vie, cette grande épopée

Quatrième de couv’ :

couv29952852

De riches heures, comment ça ?

Disons toute une vie…

Celle de Jacominus Gainsborough.

Les feuilles mortes du parc, la pluie, la marrée basse.

Un roulé-boulé, un au revoir sur le quai, un bonjour dans un jardin plein de pierres. Un pique-nique, quelques courses et l’ombre fraîche sous l’amandier.

Tout ça.

Une vie.

Chronique :

Chose promise, chose due. Pour fêter le premier article de ce mois de janvier, rien de mieux que ce superbe album destiné à la jeunesse et qui aborde un thème somme toute mystérieux : la vie. Ici, celle de l’adorable Jacominus, que l’on suivra de sa naissance à son décès.

Rébecca Dautremer propose, avec cette histoire, une fresque sensible et mélancolique sur le bonheur d’être en vie, sur les joies et les peines, les épreuves, les doutes et les déceptions, sur les rencontres essentielles et celles plus anecdotiques qui composent une vie. Les Riches Heures, c’est simplement, en quelques planches magnifiquement illustrées, le récit d’une vie. Une vie quotidienne, pas une vie faite d’aventures extravagantes, une vie simple, où l’on n’a pas pour mission de sauver la veuve et l’orphelin, ni le monde d’une attaque extra-terrestre. Jacominus Gainsborough est un petit lapin comme tout le monde, timide, aux yeux doux et rêveurs, qui veut voir le monde et connaît une multitude de langues, et qui mène la même existence que tout un chacun. Mais une existence bien remplie, et qui vaut la peine d’être vécue.

Le texte qui accompagne les illustrations dit toujours peu, mais dit l’essentiel. Il est pétri d’humanité et de poésie, et laisse une place à la réflexion pour les lecteurs, jeunes ou plus vieux, qui pourront se reconnaître dans les étapes de la vie de Jacominus Gainsborough.

Finale

Les Riches Heures de Jacominus Gainsborough fut un véritable coup de cœur. J’ai autant aimé les illustrations, riches en détail, mélancoliques et poétiques, parfois inspirées par de grands maîtres en peinture ou en photographie, que le texte, subtil, délicat et éminemment pudique, qui les accompagne. C’est un récit universel et intemporel, un conte philosophique dans lequel chacun se reconnaîtra : nous passerons tous, ou nous sommes déjà passés, par ces étapes.

Rébecca Dautremer, Les Riches Heures de Jacominus Gainsborough, Sarbacane, 2018, 40 p.

Un commentaire sur “Les Riches Heures de Jacominus Gainsborough : la vie, cette grande épopée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s